Argument | Passeurs, passages, passagers du Moyen Âge à nos jours

Ces premières Rencontres Méditerranéennes de TELEMMe sont consacrées à la question du passage, des passeurs et des passagers (du Moyen âge à nos jours), à travers des questionnements portant sur la matérialité du passage, les expériences des « passagers » et les figures du passeur, examinés dans le temps et dans l’espace. Sans rien retrancher à l’urgence humaniste et la raison humanitaire actuelles, force est de constater que, en d’autres heures, en d’autres lieux, des hommes et des femmes ont aussi dû partir, fuir, ont dû se cacher, mentir, tricher, payer, se faire petits pour passer d’un lieu dangereux à un autre plus accueillant.

Les passages qui ont retenu notre attention relèvent de situations de contrainte : guerres, conflits locaux, persécutions, catastrophes, misère, fragilité, illégalité, etc. Non pas que les circulations méditerranéennes se réduisent à de telles situations, néanmoins, la crise migratoire nous invite à relire cet espace au prisme de ses obstacles, de ses embûches et des manières de les surmonter. Pour pouvoir comparer des lieux et des époques différentes, la focale sera placée sur les situations de passage et les contextes locaux qu’elles façonnent. Leurs modalités seront placées au cœur des questionnements : l’analyse très concrète des techniques, des risques et des compétences relatifs au fait de passer et de faire passer d’un lieu considéré comme hostile ou menaçant à un autre jugé moins périlleux. L’enjeu est d’étudier de manière synchronique et diachronique deux personnages souvent séparés par l’analyse, pourtant inévitablement liés, deux figures du départ « forcé » : celle des passeurs et de leurs passagers.

Comment passer d’un lieu à un autre en situation de contrainte et quelles sont les tactiques d’adaptation et stratégies de contournement de la surveillance, du contrôle et de la coercition ? Ils ont dû gravir des montagnes, traverser des mers, des océans, franchir des frontières, marcher, courir. Sur les points de passage, d’autres hommes et femmes, héros ou bourreaux, se sont mis en danger pour leur permettre de continuer leur route ou, au contraire, ont prospéré en monnayant leur aide. Qui sont les hommes et les femmes qui organisent et facilitent ces passages, moyennant ou non rétribution, et quelle ambivalence dans leurs pratiques ? Quels sont le vécu, l’itinéraire, le parcours et la trajectoire de ceux qui, pour d’innombrables raisons, tentent de passer d’un lieu à l’autre. Trois questions qui dessinent les axes majeurs de cette journée : les expériences du passage ; les figures du passeur ; les économies locales du « passage ».

  • Expériences du passage: notre volonté est de privilégier les interrogations relatives au « comment » du passage, de placer la focale sur les manières du passer. Il s’agira ainsi de s’intéresser aux moyens du transport, aux savoir-faire du passage. C’est ici la question de l’expérience du passage qui sera étudiée, celle de la plus haute inhumanité, de la violence, de la traque, de la cache comme à celle de la transmission et de la solidarité. Seront ici abordés des questionnements engageant la production de la source, les témoignages, les « récits de soi » en situation de passage.
  • Figures du passeur : qui sont les hommes et les femmes les mieux à mêmes de disposer de l’expertise et des compétences nécessaires au passage d’êtres humains en situation de contrainte ? Les autochtones, les professionnels (pêcheurs, marins, chauffeurs, mais aussi contrebandiers, mafieux, etc.), les militants, les sauveteurs, les croyants… qui, par devoir, idéologie, conviction, hasard sont conduits à faire passer des hommes en fuite ? On s’intéressera ici à « l’économie morale » du passage en articulant coûts des traversées, bénéfices des passeurs et motivations des acteurs.
  • Les économies locales du passage: qu’est-ce qu’un « lieu de passage » ? S’agit-il simplement d’un donné physique ou géographique (col, gué, brèche…) ou bien faut-il encore que l’accès soit surveillé ou entravé et qu’il ne puisse être franchi que par le truchement des acteurs locaux ? Comment les ressources locales (savoirs, relations…) sont-elles mobilisées pour faciliter ou empêcher le passage ? Comment la vie locale se transforme-t-elle lorsque le temps du passage s’étire et que les passagers en transit, cachés ou emprisonnés, cohabitent avec leurs passeurs ?

Jérémie Foa, Thomas Glesener et Céline Regnard
Groupe DesAncrages, TELEMMe, AMU-CNRS

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.