Lieux de coexistence(s). Trois entretiens dans la cité

Trois films inédits, tournés à Marseille en 2021 sur des « lieux de coexistence » de la cité phocéenne, faisant dialoguer chercheurs, artistes, et acteurs du monde associatif et professionnel.  

Né d’une collaboration entre une historienne et un géographe, ce projet se compose de trois séquences filmées qui explorent le thème des coexistences au prisme d’un lieu de la ville – un monument, un lycée et un espace public –, conçus à la fois comme théâtre et comme élément moteur de la cohabitation urbaine. Les films associent l’approche de chercheurs en géographie, en urbanisme et en histoire moderne à celle d’artistes, enseignants du secondaire et membres du milieu associatif. Croiser différents regards sur un même lieu “cohabité” permet de restituer la pluralité des enjeux de la coexistence, et de l’appréhender dans ses multiples facettes. 

1 | Les monuments : objets patrimoniaux à questionner et à transmettre, par Pierre Sintès 

Les monuments sont des objets qui modèlent l’espace public des villes de Méditerranée autant qu’ils influent sur leurs usages. Le discours qu’ils portent renvoie au passé et ils permettent ainsi d’ausculter la construction d’une mémoire sociale et politique toujours sélective. À partir d’exemples marseillais, cette séquence permet de montrer comment les monuments sont devenus les lieux de nouveaux débats dont la restitution de la complexité est un enjeu de première importance tant pour les acteurs associatifs que pour les enseignants.   

Carte postale, Les Réformés et le Monument des Mobiles, phototype R. Lacour, Marseille, 1905

Avec la participation de  Samia Chabani, présidente de l’association Ancrages (Marseille), et d’Angelo Bertoni (TELEMMe, AMU-CNRS).

Pierre Sintès est maître de conférences HDR à l’université d’Aix-Marseille et membre de TELEMMe. Spécialiste de géographie sociale et politique, ses travaux portent sur les sociétés méditerranéennes et balkaniques, plus particulièrement à travers la relation entre mémoire, identité et territoire. Ses recherches théoriques se sont développées au cours des dernières années dans le cadre du projet art et sciences humaines et sociales MonuMed (Monumentalisation et espace urbain dans les Balkans et en Méditerranée), co-coordonné avec Alessandro Gallicchio.

2 | Migration, allophonie, scolarisation, par Virginie Baby-Collin 

Comment l’école accueille-t-elle les élèves migrants, allophones, lors de leur arrivée en France ? De plus en plus nombreux au XXIe siècle, ils bénéficient de dispositifs de scolarisation spécifiques qui doivent leur permettre d’être progressivement inclus dans les classes ordinaires, et de trouver leur voie grâce à un travail d’orientation élaboré avec leurs enseignants et les équipes pédagogiques qui les entourent. Après une migration souvent déstabilisante, l’école joue un rôle clé dans leur processus d’ancrage dans une nouvelle société, un nouveau territoire, et dans leur rencontre avec l’altérité qui fonde la coexistence. Le film rend compte d’une recherche conduite depuis 2018 au lycée St Charles, dans le centre-ville de Marseille, dans un dispositif accueillant ces élèves allophones nouvellement arrivés en France à l’adolescence, en classe de seconde.

Salle de cours du lycée St Charles, Marseille, juin 2021, crédits Cécile Exbrayat

Avec la participation de Cécile Exbrayat, l’enseignante responsable du dispositif, Ray Ogbonnna et Anastasiia Maliuk, deux de ses élèves et anciens élèves, et des chercheuses qui ont conduit la recherche, Virginie Baby-Collin et Luna Russo (Université de Poitiers). 

Virginie Baby-Collin est professeure de géographie à l’Université d’Aix Marseille et membre de TELEMMe. Ses travaux, inscrits dans le champ de la géographie sociale, portent sur les dynamiques contemporaines des espaces urbains (marginalités urbaines, processus de fragmentation) et sur les migrations internationales à partir d’approches multi-situées, en Amérique latine, en Amérique du nord et en Europe méridionale. Récemment, elle a co-dirigé avec Sophie Bouffier et Stéphane Mourlane l’Atlas des migrations en Méditerranée (Actes Sud, 2021).

3 | Espaces publics, espaces pluriels, par Eleonora Canepari

Deux chercheuses et un artiste nous racontent l’espace public comme lieu de la cohabitation entre individus, activités, mémoires et usages, parfois en concurrence entre eux. Le résultat est un voyage à travers le temps : de l’histoire longue du cours Belsunce et de sa population immigrée, à la matérialité des traces urbaines de la coexistence, jusqu’aux colporteurs et aux femmes marchandes du XVIIIe siècle. 

Le Cours de Marseille, par Étienne Moulinneuf, 1786

Avec la participation d’Anne Montenach (TELEMMe, AMU-CNRS), et de Hendrik Sturm, artiste marcheur. 

Eleonora Canepari est maîtresse de conférences HDR en histoire moderne à Aix-Marseille Université et membre de TELEMMe. Ses recherches portent sur la mobilité et les transformations de l’espace urbain à l’époque moderne. Elle dirige le IRP CNRS MediterraPolis et coordonne le réseau international de l’École française de Rome HaMéD (Habitants, mobilité, transformation urbaine. Méditerranée XVe-XXIe siècle). Son dernier ouvrage retrace la biographie d’un hôtel meublé de Belsunce sur la longue durée (La longue histoire d’un hôtel de Belsunce. Marseille, XVIIe-XXIe siècles, à paraître en 2022).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search