La Babelothèque. Une collection « d’objets de coexistences »

Un objet, deux chercheurs, une rencontre dialoguée. C’est le format de cette création qui propose une curieuse collection « d’objets de coexistences » réunie par des chercheuses et chercheurs de TELEMMe. Présentés sous forme de capsules vidéo accompagnées d’une sélection de documents iconographiques, ces dialogues explorent le thème des coexistences de façon sensible et située. 

Sophie DESHAYES (Chargée de mission Coopération Musées Recherche et Relations académiques, Direction des Musées de Marseille) et Eve FOURMONT GIUSTINIANI (Maître de conférences en études hispaniques, TELEMMe – AMU/CNRS) présentent la Babelothèque de ces Rencontres méditerranéennes de TELEMMe et ce qu’un partenariat recherche / musées apporte à l’étude des collections muséales

Certains de ces objets sont issus des fonds patrimoniaux des musées de Marseille, d’autres proviennent de collections privées, d’autres encore sont de simples “objets de la rue”, tels cette cafetière orientale ou cette valisette en osier. Qu’ils aient été rencontrés au cours de travaux scientifiques ou côtoyés sur le terrain, ces fragments d’archives, pièces de collection ou ustensiles du quotidien sont ici à la fois des objets de recherche et de compagnonnage. 

Tous renvoient à des pratiques, des lieux ou des représentations mobilisés dans les coexistences : objets montrés, échangés, dérobés, ils cristallisent des symboles, des imaginaires et des appartenances ; ils mettent en œuvre savoir-faire, techniques et systèmes d’organisation complexes ; ils témoignent de la façon dont les humains coexistent entre eux –au moyen de l’exclusion parfois—, mais aussi avec la « nature », avec les animaux, ou encore… avec les virus. 

La Babelothèque, un cabinet de curiosités? On désignait autrefois sous ce nom les meubles à niches ou encore les chambres où l’on exposait des « choses rares, nouvelles, singulières » (Littré), ou encore « des objets rares, notamment de valeur documentaire » (CNRTL).

Domenico Remps, Cabinet de curiosités, huile sur toile, 99 x 137 cm., vers 1690. Museo dell’Opificio delle Pietre Dure, Florence. Wikimedia Commons.

Des objets de collection, donc, sélectionnés pour leur rareté, leur bizarrerie ou leur exotisme. Ce pouvaient être des naturalia, objets d’histoire naturelle des trois règnes – minéral, animal, végétal – ; des artificialia, objets créés par l’homme (objets archéologiques, antiquités, médailles, œuvres d’art, armes, objets de vitrine tels que boîtes, tabatières, petits flacons) ; des scientifica (instruments scientifiques, automates…) ; ou enfin des exotica (plantes, animaux exotiques, objets ethnographiques).

Les objets choisis pour la Babelothèque, sous leur aspect hétéroclite, n’ont cependant pas été collectés au hasard. On y trouve certes des naturalia tels que l’aubergine, légume emblématique de la cuisine méditerranéenne et pourtant originaire d’un lointain Orient; ou des exotica comme la robe kabyle, objet a priori ethnographique… mais toujours actuel. En guise d’artificialia, on reconnaîtra dans cette pinacothèque une célèbre affiche (celle de Dellepiane pour l’exposition coloniale de 1922), dont la valeur artisitique indéniable n’oblitère pas les préjugés idéologiques. Et, symbole de la mise à distance sur ces objets qu’opère l’analyse des historiens, une gravure ancienne de Saint Antoine affublé de son cochon, mise en regard de son homologue en résine made in China au XXIe siècle. Au rang des scientifica, enfin, comment ne pas ranger ce costume de peste, accompagnés de cautères à bubons et autres pinces à cadavres, objets d’une curiosité sans doute un rien morbide, et qui ne sont peut-être que des re-créations fantasmées…

La mosaïque d’objets de la Babelothèque, sur le site rmtelemme.fr
Photographies : Agnès Maury

Avec la Babelothèque, le principe du traditionnel cabinet de curiosités se voit ainsi détourné: ce n’est plus le vague voyeurisme du collectionneur européen émerveillé des étrangetés de nouveaux mondes qui est convoqué, mais une curiosité scientifique, nourrie de rigueur, d’esprit critique et de longue durée.

Dans cette mosaïque, ce sont bien des « objets de coexistences » qui sont présentés. Choisis par des chercheuses et chercheurs qui les ont longtemps étudiés, et qui nous invitent à y porter ce même regard décalé. Un regard non seulement scientifique, depuis leurs disciplines respectives, mais aussi un regard situé, depuis leur propres expériences et sensibilités.

Aperçu du tournage des capsules vidéo de la Babelothèque au Musée d’histoire de Marseille, 18 mai 2021. Photographie: EFG

Un projet coordonné par Eve Fourmont Giustiniani 
Réalisation : Agnès Maury | Les Films du Papillon 
Développement et création web : Adèle Pottier et Cyrille Le Ménestrel | Gamuza 
Licence CC BY NC ND – TELEMMe – Les Films du Papillon – Gamuza – 2021 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search