4. Alonzo Loppes (1610)

Nous poursuivons notre série de billets consacrés aux Histoires de passages, mises en récit par des chercheurs de TELEMMe de trajectoires singulières, exemplaires ou ordinaires, saisies sur le vif au moment et au lieu du passage. Ces histoires de passages ont été lues par leurs auteurs, certaines d’entre elles ont fait l’objet de films lors des premières Rencontres méditerranéennes de TELEMMe, le 15 juin 2018. Nous vous livrons ici leur version écrite. Pour ce quatrième billet, Virginie Cerdeira, docteure en histoire moderne, nous conte l’histoire d’Alonzo Loppes.

Les textes des Passages lus en direct par leurs auteurs avaient été initialement rédigés à la troisième personne – sauf celui de Laure Verdon, d’emblée rédigé à la première personne. C’est là un réflexe naturel pour des auteurs en sciences sociales. Parler des autres : ils ou elles, il ou elle. La prudence, la pudeur, le rapport à la vérité aussi l’expliquent : il s’agit bien de parler des autres, non pas de les faire parler encore moins de parler à leur place… Ce n’est pas l’historien, le sociologue qui parle normalement.
Pourtant, progressivement, nous nous sommes convaincus qu’à la lecture, des textes à la première personne auraient une plus grande facilité à toucher, à convaincre l’auditoire. Convaincus aussi que l’usage de la troisième personne ne mettait jamais à l’abri de « parler à la place de… » C’est pourquoi, nous avons tenté l’aventure du Je : on peut voir ici, côte à côté, les deux états du texte. D’un côté, le texte initialement rédigé, dans sa neutralité toute professionnelle ; de l’autre, un texte moins académique, qui met en scène un discours qui n’a pas eu lieu, qui livre des mots qui n’ont pas été vraiment été prononcés, ou pas ainsi, ou pas certainement. Il nous a semblé que ces textes étaient ainsi plus incarnés, plus vivants, plus sensibles, plus compréhensibles. En perdant de leur valeur scientifique, ils devenaient plus humains. Quels sont les effets d’intellection, quels sont les gains d’émotion favorisés par ce passage à la fiction historique ? Jusqu’où peut-on fictionnaliser pour émouvoir, faire comprendre ? Telles sont les questions que posent ces passages du « Il » au « je ».


Jérémie Foa

Le texte écrit

Le texte lu

L’événement

Agde, automne 1610. Alonzo Loppes est élu commissaire des Morisques aragonais arrivés en Languedoc tout au long de l’année.

L’événement

Agde, automne 1610. Je suis Alonzo Loppes, commissaire des Morisques aragonais arrivés en Languedoc tout au long de cette année.

Biographie et contexte

Les Morisques sont aussi appelés « Nouveaux Chrétiens ». Ce sont des populations musulmanes converties au christianisme après la reconquête du dernier royaume musulman par les Rois Catholiques en 1492. Ils vivent à Grenade, à Murcie, en Aragon, en Catalogne ou encore en Andalousie depuis plusieurs générations.

Mais Philippe III, roi des Espagnes, les considère comme indésirables car il estime qu’ils ont favorisé le soulèvement du royaume de Grenade contre le pouvoir central en raison des liens qu’ils entretiennent avec l’Empire ottoman. Il les soupçonne aussi de comploter avec les protestants français afin de favoriser la perte du royaume. Il estime également que leur conversion n’est pas sincère. À partir du 22 septembre 1609, Philippe III décide donc de l’expulsion et de la mise au ban des Morisques et publie pour ce faire plusieurs édits successifs. Les Morisques disposent de trente jours pour quitter l’Espagne avec leurs biens meubles et l’argent dont ils auront besoin pour effectuer le voyage.
Sans quoi, ils encourent la peine de mort.

À la suite de cette décision, de nombreux Morisques prennent la mer pour l’Afrique du Nord. D’après le Mercure François, ils seraient également 150 000 à emprunter le chemin du Royaume de France. En réalité, il est difficile de connaître avec certitude le nombre d’exilés morisques qui sont passés par la France. Ils y arrivent aussi bien par la voie terrestre que maritime. Les Morisques sont ainsi nombreux dans les ports de Provence et dans les terres de Languedoc au cours de l’année 1610.

Dans un premier temps, le roi Henri IV, puis sa veuve, Marie de Médicis, décident d’assurer leur sécurité. Les Morisques acceptant de faire profession de la Religion catholique, apostolique et romaine peuvent s’installer définitivement dans le Royaume de France, à condition toutefois d’avoir d’abord franchi la Garonne et la Dordogne. Les autres doivent être reconduits le plus rapidement possible vers la Barbarie. Des commissaires français assurent le recensement de chacun et organisent le transfert des Morisques vers l’Afrique du Nord. Le Royaume de France fournit les vaisseaux nécessaires au transport. Les Morisques doivent cependant en assumer les frais. Il est prévu que les plus riches paient pour les plus pauvres. En Languedoc, le prévôt d’Augier a la charge de toute l’organisation matérielle du passage des Morisques vers la Barbarie. Il encourage l’élection de commissaires morisques. C’est ainsi qu’Alonzo Loppes est élu. Il doit recouvrir l’argent nécessaire à l’embarquement de tous : collecte difficile qui est souvent l’occasion de vols et d’escroqueries.

 

Biographie et contexte

Nous, les Morisques, sommes des populations musulmanes converties au christianisme après la reconquête du dernier royaume musulman d’Espagne par les Rois Catholiques en 1492. On nous appelle aussi Nouveaux Chrétiens. Nous vivons en Andalousie, en Aragon, ou encore en Catalogne depuis plusieurs générations.

Mais pour le roi Philippe III , nous sommes indésirables car il estime que nous avons favorisé le soulèvement de Grenade contre le pouvoir central. Il nous soupçonne de comploter avec les protestants français afin de favoriser la perte du royaume. À ses yeux notre conversion n’est pas sincère. En septembre 1609, il a décrété que nous devions quitter le royaume : nous avions trente jours pour sortir d’Espagne avec nos biens meubles et l’argent dont nous aurons besoin pour effectuer le voyage. Sans quoi, nous risquions la peine de mort.

Alors, par milliers nous avons pris la mer pour gagner l’Afrique du Nord. Un journal, le Mercure François affirme même que 150 000 d’entre nous ont rejoint la France, surtout les ports de Provence et les terres de Languedoc au cours de l’année 1610.

Le roi Henri IV, puis sa veuve, Marie de Médicis,  d’abord nous ont pris sous leur aile. Ceux qui acceptaient la conversion au catholicisme, pouvaient s’installer définitivement en France. Les autres devaient être reconduits le plus rapidement possible vers la Barbarie ; des commissaires français ont assuré notre recensement et organisé notre transfert vers l’Afrique du Nord. La France fournit les vaisseaux nécessaires au transport mais nous devons en assumer les frais. Les plus riches d’entre nous paient pour les plus pauvres. En Languedoc, le prévôt d’Augier s’occupe des aspects matériels de notre passage vers la Barbarie. Il encourage l’élection de commissaires morisques. Je suis ainsi élu dans cette fonction et dois rassembler l’argent nécessaire notre embarquement.

Difficile, laborieuse collecte souvent ponctuée de vols et d’escroqueries.

 

Les conditions du voyage

Les marchands en charge du transport des Morisques accusent les commissaires de ne pas les payer. Jean Antoine Jourdan, bourgeois d’Agde, reçoit alors la commission de délivrer aux marchands et patrons de vaisseaux les sommes d’argent préalablement reçues par Loppes. L’arrangement fonctionne mal car tous les Morisques se prétendent pauvres pour ne pas avoir à payer. Des vaisseaux de pauvres Morisques sont alors affrétés dans les pires conditions. Ils sont « exposez à la mercy des ondes & de la faim » sans qu’on leur fournisse aucune nourriture. Les patrons de bateau craignent d’être accusés d’avoir affamé les Morisques. Le Sieur d’Augier prend la décision de charger « quinze quintals de biscuit » pour cent Morisques embarqués soit l’équivalent de 15 livres de pain chacun. La quantité ne semble pas excessive pour parcourir les 300 lieues qui séparent Agde de Tunis, qui plus est, à la période automnale. Par cette décision, le sieur d’Augier aurait fait partir en un mois 70 vaisseaux chargés de 25 000 Morisques, arrivés à bon port comme l’atteste le certificat des commissaires Morisques aragonais signé le 4 novembre 1610.

Les conditions du voyage

Les marchands qui nous transportent de l’autre côté nous accusent, moi, et les autres commissaires, de ne pas les payer. Un bourgeois d’Agde, Jean Antoine Jourdan, est alors nommé pour récolter l’argent fonctionne mal car tous les Morisques se prétendent pauvres pour ne pas avoir à payer. Finalement, des vaisseaux sont affrétés pour faire passer vers les côtes africaines les plus pauvres d’entre nous et ce, dans les pires conditions. Nous voilà « exposez à la mercy des ondes & de la faim » sans recevoir aucune nourriture. Les patrons de bateau craignent d’être accusés de nous avoir affamés. Le Sieur d’Augier prend la décision de charger « quinze quintals de biscuit » pour cent Morisques embarqués soit l’équivalent de 15 livres de pain chacun. Ce n’est pas de trop pour tenir les 300 lieues qui séparent Agde de Tunis surtout au cœur de l’automne. En un mois, d’Augier réussit à faire partir quelques 70 vaisseaux chargés de 25 000 des nôtres. Nous devons attester par la signature d’un certificat que nous sommes arrivé à bon port.

 

Épilogue

Le sieur d’Augier a continué à faire embarquer de 30 à 40 000 Morisques grenadins, castillans et aragonais vers la Barbarie selon le Mercure François. Avant d’embarquer sur le dernier bateau, Alonso Loppes a engagé une procédure judiciaire contre Augier, et d’autres habitants d’Agde, les accusant d’avoir dévalisé des Morisques lors des fouilles de bateaux pour contraindre les plus riches à payer pour les plus pauvres. Le 17 mars 1612, le Parlement de Toulouse condamne d’Augier à avoir la tête tranchée. En fuite, il est finalement condamné à être pendu en effigie en place de Grève le 13 mai 1613.
Alonzo Loppes aura obtenu gain de cause depuis la Barbarie.

Épilogue

Pendant des mois, le sieur d’Augier a fait passer vers la Barbarie plusieurs dizaines de milliers de Morisques. Moi, j’ai embarqué sur le dernier bateau et j’ai lancé une procédure judiciaire contre Augier : publiquement, je l’ai accusé, lui et d’autres habitants d’Agde, de nous avoir dévalisés lors de ces incessantes fouilles de bateaux, menées pour obliger les plus riches à payer pour les plus pauvres. Le 17 mars 1612, le Parlement de Toulouse a condamné d’Augier à avoir la tête tranchée, ce qui l’a conduit à s’enfuit – exilé, le grand maître des expulsions. Depuis la Barbarie, moi, Alonso Loppes, morisque, j’ai obtenu gain de cause.

 

Virginie Cerdeira

Pour aller plus loin :

Virginie Cerdeira , « Écrire le passé en compilant le présent. Le Mercure François, atelier d’écriture de l’histoire du temps présent », Carnet : revue électronique d’études françaises, n° 2, IIième série, APEF, 2014


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.