3. Placide (2006)

Nous poursuivons notre série de billets consacrés aux Histoires de passages, mises en récit par des chercheurs de TELEMMe de trajectoires singulières, exemplaires ou ordinaires, saisies sur le vif au moment et au lieu du passage. Ces histoires de passages ont été lues par leurs auteurs, certaines d’entre elles ont fait l’objet de films, lors des premières Rencontres méditerranéennes de TELEMMe, le 15 juin 2018. Nous vous livrons ici leur version écrite. Pour ce troisième billet, Béatrice Mesini, chargée de recherches en géographie sociale, nous transmet l’histoire de Placide.


Affiche du Forum mondial des migrations, juin 2006, Madrid

Affiche du Forum mondial des migrations, juin 2006, Madrid

Entretien avec Placide pendant le Forum social des migrations 2006.

L’entretien avec Placide a été réalisé en juin 2006 par Nicholas Bell pour Radio Zinzine, lors du deuxième Forum social mondial des migrations qui a réuni à Madrid 80 associations et ONG ainsi que 1800 délégués, originaires de 86 pays.

Ingénieur électromécanicien dans une société de transport, marié avec un enfant, Placide mène une vie confortable au Congo avec son salaire de 150 dollars.

Poursuivi comme déserteur et passible de haute trahison, après son refus de combattre et d’avoir à tuer des gens à l’est du pays, il s’enfuit le 24 janvier 2002.

Placide sillonne l’Afrique pendant un an. Il traverse de nuit le fleuve Congo pour atteindre Brazzaville, où règne « une confusion et une insécurité totale ».

Il demande l’asile sans succès au Cameroun, « gagne » le Nigeria anglophone, traverse la Côte d’Ivoire « en guerre du Nord au Sud » et arrive au Mali.

Puis, il cherche à traverser l’Algérie muni d’un faux passeport malien, où il est repéré et emprisonné deux mois, avant de parvenir en Tunisie où il sera également arrêté et détenu à la frontière avec la Libye.

Enfin, il arrive au Maroc, le 1er mars 2003.
En raison du rejet de sa demande d’asile et face à l’intensification des contrôles policiers dans les villes marocaines, Placide se réfugie dans la forêt de Gourougou, proche de l’enclave espagnole de Melilla en avril 2005.

Là, « les gens vivent là comme des animaux » décrit-il dans son témoignage. Dans la journée, ils ramassent dans les poubelles les cartons sur lesquels ils vont dormir, mais aussi le bois avec lequel ils fabriquent l’échelle pour effectuer le passage des barbelés. L’échelle doit être flexible pour résister au poids de 2 personnes, car le grillage a franchir fait environ 8 mètres.

Trois fois intercepté, puis refoulé à Oujda, il gagne la forêt de Bel Younech proche de l’enclave espagnole de Ceuta (Sebta), moins connue et moins contrôlée par la police marocaine.

La nuit précédant l’ouverture d’un important sommet hispano-marocain, le 28 septembre 2005, plusieurs centaines de personnes essaient de franchir les clôtures de sécurité érigées entre le Maroc et l’Espagne.

La tentative se solde par 5 morts, ainsi que par des déportations massives vers les pays voisins.

Une partie du parcours de Placide, entre Congo et Suède. Animation cartographique : É. Carroll (TELEMMe, AMU-CNRS). Rencontres méditerranéennes de TELEMMe, Mucem, 15/06/2018. Photographie : D. Cavallo (AMU-TELEMMe)

Une partie du parcours de Placide, entre Congo et Suède. Animation cartographique : É. Carroll (TELEMMe, AMU-CNRS). Rencontres méditerranéennes de TELEMMe, Mucem, 15/06/2018. Photographie : D. Cavallo (AMU-TELEMMe)

Extrait d’enregistrement :

« La nuit les évènements se sont passés. Les chairmans m’ont appelé pour me prévenir qu’ils étaient tous partis et se trouvaient en Espagne. En fait, de l’autre côté, ils avaient été maîtrisés par la Guardia civil, tabassés à mort et remis entre les mains des marocains. On a reçu de nouveaux coups de fil pour nous prévenir qu’ils étaient à Tétouan dans la zone de refoulement et qu’ils n’avaient pas été admis là-bas. J’étais démoralisé, bouleversé, j’avais passé quatre saisons difficiles dans un endroit pareil et n’avais, en fin de compte, rien gagné : je n’ai pas réussi à traverser, les amis avec qui j’étais sont partis… j’étais bouleversé. Les informations continuaient à me parvenir, certains étaient à Tétouan, d’autres à Tanger, certains aller être expulsés par charter, d’autres refoulés dans le désert. J’ai perdu mes frères, avec qui j’ai mangé, qui se sont perdus dans le désert, et des amis dont on n’a pas d’informations en Guinée, en Algérie, en Mauritanie, au Maroc. Comment les trouver alors que chacun est parti dans sa direction. En octobre au Maroc, il y a eu un génocide. J’ai vu, pour la toute première fois depuis ma naissance, un être humain prendre son semblable pour aller le déposer dans un endroit où il n’y a pas de vie. Ce n’est pas une politique d’externalisation, c’est une politique d’extermination ! Beaucoup de personnes ont disparu dans le désert, des hommes, des femmes, dont on n’a plus de traces ».

Le 10 novembre 2005, Placide a créé le Conseil des migrants, avec vingt fondateurs de diverses nationalités : Congo, Mali, Libéria, Sierra Leone, Centrafrique, Guinée, Côte d’Ivoire…

Après un tabassage violent et humiliant infligé par la police marocaine, qui a trouvé un fort retentissement au Maroc et à l’étranger, il a  obtenu le statut de réfugié en Suède le 3 mars 2006, plus de quatre ans après son départ du Congo.

Béatrice Mesini


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.