2. Auguste Verdon (1915)

Nous poursuivons notre série de billets consacrés aux Histoires de passages, mises en récit par des chercheurs de TELEMMe de trajectoires singulières, exemplaires ou ordinaires, saisies sur le vif au moment et au lieu du passage. Ces histoires de passages ont été lues par leurs auteurs, certaines d’entre elles ont fait l’objet de films, lors des premières Rencontres méditerranéennes de TELEMMe, le 15 juin 2018. Nous vous livrons ici leur version écrite. Pour ce deuxième billet, Laure Verdon, professeure en histoire médiévale, nous conte l’histoire d’Auguste Verdon.


Alger, 1915. Je regarde le port qui s’éloigne ; j’espère ne pas avoir fait une bêtise même si je n’aurais jamais reconnu mon erreur devant papa et Maria, sa deuxième femme ; pourvu que maman soit bien au rendez-vous…

Je m’appelle Auguste Louis Verdon, je suis né le 5 août 1901 à Joinville – on dit aussi Blida – département d’Alger. Il y a quelques jours, j’ai dit à mon père que je partais, que j’allais rejoindre maman là-bas, de l’autre côté de la Méditerranée. Je sais qu’elle s’est remariée l’an passé à Paris, j’ai hâte de la revoir. Oh, il a bien essayé de me dissuader !
Il m’a dit que le voyage serait inconfortable et que, même s’il ne dure pas très longtemps, à peine quelques heures, si je n’ai pas de chance j’arriverai trempé à Marseille. Il m’a dit aussi que j’allais devoir voyager avec les soldats qui partent au front, là-bas en France, que ça pouvait être dangereux car les bateaux sont pris pour cible par les sous-marins allemands. Je le sais bien que les soldats seront mes compagnons de voyage, mon oncle Louis – son frère – est parti en janvier dernier rejoindre le front sur un bateau semblable à celui que je m’apprête à prendre. Papa, lui, a eu plus de chance, il est maintenu dans ses foyers, mais c’est sans doute parce qu’il a déjà 43 ans. Il m’a dit que j’étais fou, inconscient, qu’on n’avait jamais vu un gamin de 14 ans partir comme ça tout seul ;
il m’a dit « mais c’est la guerre, bon sang ! ».

Laure Verdon, Rencontres méditerranéennes de TELEMMe, Mucem, 15/06/2018. Photographie : R. Facchini (AMU-TELEMMe)

Laure Verdon, Rencontres méditerranéennes de TELEMMe, Mucem, 15/06/2018. Photographie : R. Facchini (AMU-TELEMMe)

Mais rien n’y a fait, il a fini par céder. Je lui ai dit que je regrettais tellement le temps de Blida et de la ferme « Isabelle », de la liberté et de l’insouciance de l’enfance. Je n’ai pas compris quand il a divorcé d’avec maman, je n’avais que 8 ans et personne n’a pris la peine de m’expliquer ; il ne sait pas ce que c’est que d’être regardé constamment de travers parce qu’on est un enfant pas comme les autres à cause de ça, il ne sait pas ce que c’est que d’avoir des parents, lui qui est né de père inconnu. C’est sans doute pour ça d’ailleurs qu’il est le seul dans la famille à porter ce prénom, « Justin ».

Je monte sur le bateau et je cherche un coin sur le pont pour m’installer. Quand j’y pense, ça fait un bail que les Verdon sont en Algérie, je n’y avais jamais prêté attention jusque‑là. Tellement longtemps que je ne sais plus très bien depuis quand… Papa m’a raconté que son grand-père, Pierre, est né à Saint-Pierre d’Allevard, en Isère, un pays de forêts et de montagnes, je ne sais pas très bien où c’est. Il est venu avec ses parents et son frère, Louis-Auguste, en Algérie il y a bien longtemps. Ma grand-mère Augustine, la mère de papa que je n’ai pas connue, est née ici et tous les membres de ma famille côté Verdon depuis. Du côté de maman, c’est pareil. Son père et sa mère, qui était espagnole, sont nés ici aussi je crois. Papa m’a dit que son arrière-grand-père est mort à Alger en 1839, il a vu un document qui le mentionne. Toute l’histoire de ma famille est liée à ce pays ; il y a même quelques drôles d’oiseaux comme cet Émile, un des oncles de papa, qui a cumulé les condamnations pour insoumission en 1893, escroquerie et abus de confiance…
Je songe à ce qu’a dû être la traversée de mes ancêtres, quand ils sont venus d’Isère…ça a dû être quelque chose ! À l’époque, les conditions étaient encore plus rudes que maintenant ! Ont-ils pris un bateau à voile ou un des premiers vapeurs ? Au départ de Marseille ou de Toulon ? Je les imagine en tout cas assez intrépides pour se lancer dans cette aventure sans retour…

Le port d’Alger devant la place du gouvernement, 1913. Freshwater and Marine Image Bank, Université de Washington. Domaine public via Wikimedia Commons.

Le port d’Alger devant la place du gouvernement, 1913.
Freshwater and Marine Image Bank, Université de Washington. Domaine public via Wikimedia Commons.

Je regarde ma ville, Alger, mon pays, l’Algérie, qui s’éloignent…j’ai le cœur qui se serre et envie de pleurer. Et si je ne revenais pas ? Qui sait ce que sera la vie là-bas, de l’autre côté de la Méditerranée ? Peut-être je m’y trouverai bien, avec maman, peut-être que j’y fonderai une famille. Mais ce dont je suis sûr c’est que jamais je n’oublierai l’Algérie, elle restera toujours au fond de moi avec l’éternel sentiment d’être un émigrant si je ne peux pas y revenir.

Laure Verdon


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.