La nuit tombe sur l’Europe, par Samuel Bollendorff

Samuel Bollendorff, photographe, nous a fait le plaisir d’accepter que nos premières Rencontres méditerranéennes de TELEMMe soient illustrées par une image extraite de son travail La nuit tombe sur l’Europe. Nous tenons à le remercier pour sa confiance et nous souhaitons ici vous donner un aperçu plus large de son travail, regard d’un photographe sur les routes de l’exil faisant écho à la thématique de nos rencontres, Passeurs, passages, passagers du Moyen Âge à nos jours.

Voici comment Samuel Bollendorff présente cette photo :

Décharge de gilets de sauvetage – Lesbos, Grèce. Image extraite de la série : La Nuit Tombe sur l’Europe © Samuel Bollendorff
Avec l’aimable autorisation de l’auteur

Ce ne sont pas des gilets de sauvetage mais des gilets de la mort. C’est simplement un massacre. C’est pour ça que tant d’enfants se noient. La plupart ne savent pas nager, mais ils n’ont de toute façon aucune chance de flotter.
Un fabricant de gilets de sauvetage à Izmir

La plupart des gilets de sauvetage, vendus 10 dollars à Izmir, sont faux. En cas de chute, ils se gorgent d’eau et font couler à pic ceux qui les portent. Sur les côtes turques, de plus en plus de magasins profitent du business juteux tiré de la vente de gilets de sauvetage et de bateaux pneumatiques totalement inadaptés pour naviguer sur la Méditerranée.

Cette photographie  est extraite d’un travail plus large, La nuit tombe sur l’Europe, à la fois exposition photographique et film, réalisé en collaboration avec Amnesty International et soutenu par le fonds de dotation agnes b. et Nikon.

     

Un regard à contre-courant sur les routes de l’exil
Appuyé sur le travail et les recherches d’Amnesty International, Samuel Bollendorff a repris la route des réfugiés. Un retour sur des lieux plus ou moins connus, parfois oubliés après avoir été surexposés.
Son travail déroge aux représentations identifiées. Il provoque et renouvelle le regard. Le parti pris est assumé : ses images qui ne montrent pas les réfugiés mais expose les lieux qu’ils ont traversés. Des images incarnées par leur dialogue avec les témoignages.

L’Europe terre d’asile contre l’Europe forteresse
La situation des réfugiés est la plus grave que l’Europe ait connue depuis la Seconde Guerre mondiale. En 2015, plus d’un million de personnes ont demandé l’asile en Europe et au moins 3 700 personnes ont « disparu » en mer. Plus de 5 000 en 2016. En réponse, les pays de l’Union européenne s’érigent en forteresse et ne prennent pas les mesures qui permettraient de garantir sécurité aux réfugiés.
La crise des réfugiés est avant tout une crise de l’accueil par les États européens qui se défaussent de leurs responsabilités et de leurs obligations.

Les discours et informations sur les réfugiés sont nombreux, parfois instrumentalisés, en particulier dans des contextes électoraux. Les images ne manquent pas non plus qui témoignent de la situation. Des propos qui ne semblent pourtant pas ou plus provoquer de changements dans les politiques, qui ne parviennent pas non plus à modifier les perceptions. En tout cas pas de manière durable.

Dans un tel contexte, il est déterminant de redonner à chacun les moyens de comprendre et de réfléchir à ce qu’être réfugié en Europe signifie. Il est crucial que chacun puisse comprendre la réalité et la brutalité de ces parcours d’exil, mais aussi de saisir la singularité et l’humanité que le flot d’images ou d’informations ne permet plus de distinguer.

La nuit tombe sur l’Europe traduit cette ambition.

La nuit tombe sur l’Europe c’est aussi celle qui tombe sur la mer Égée dans cette première et parfois ultime étape du parcours.

Un constat qui se traduit par un documentaire de 15 minutes produit par les Films du Bilboquet. Un plan séquence de la nuit tombant sur l’Europe et la Mer Égée avec un texte lu par Catherine Deneuve. Une figure citoyenne qui rend hommage à ces destins malmenés sur la route de l’exil.

     

Extrait du site de Samuel Bollendorff


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *